Pierre MOLINIER (1900-1976)

Lot 31
30 000 - 40 000 €

Pierre MOLINIER (1900-1976)


Grande Poupée - Sculpture-modelage, circa 1958
1. Elle est composée de deux parties. La tête mesure 28 cm de hauteur. Elle est posée sur le tronc et les jambes coupées à mi-cuisses. Hauteur: 84 cm.
Hauteur totale: 112 cm.
Big doll composed of two parts. The head is 11,02 in. high. Trunk and legs cut off at mid-thigh. Height: 33,07 in. Total: 44,09 in.
Together with the left hand and a briefcase full of accessories (two hair wigs, black tights; three pairs of socks; a transparent black tunic, black breeches; headband in tulle...).
Il s'agit d'un modelage sur une armature de bois, plâtre enduit et peint couleur chair. Visage maquillé, lèvres peintes.
Yeux de biche achetés par Molinier chez un taxidermiste.
Note:
C'est cette «sculpture» entièrement façonnée par l'artiste qu'on voit sur les photos de l'atelier et sur certains autoportraits et photomontages. Selon les angles de prise de vue - de face, de profil, de trois-quarts - elle change de physionomie au gré des différentes perruques.
L'artiste a soin de l'habiller avec ses effets personnels (voilettes, corsages de dentelles, foulards, culottes, porte-jarretelles, etc.). La veste en velours a été dessinée et cousue par Molinier.
Sur tel autoportrait Molinier et sa poupée ont la même taille, 1m 60. Il s'agit d'une photo «truquée». La tête, le corps et les jambes mis bout à bout donnent une géante de 2 m 20...
2. La Grande Poupée de 112 cm ne possède pas de bras. Molinier avait en réserve deux mains droites empruntées à des mannequins de vitrine.
Il en utilise une, bague au doigt et ongles postiches, jarretière au poignet, qu'il fait tenir avec des épingles au corsage, comme il apparaît sur certains portraits de la Poupée. Main ajoutée à ce numéro.
L'autre main droite, avec bague et bracelets, est la «Main de la repasseuse» (voir lot n° 40, p. 50 de cette vente).
Note:
La première poupée figurait en couverture du surréalisme, même en 1957. En 1959, Molinier refuse de la prêter pour l'exposition surréaliste chez Cordier malgré la demande insistante d'André Breton. En fait, cette première poupée, Molinier l'a détruite et remplacée par celle que nous présentons ici. Sa confection remonte donc aux années 1957-1958.
Pièce unique. La femme-poupée omniprésente dans l'oeuvre photographique de Molinier et véritable héroïne du Chaman et ses créatures.
Unique piece. The woman-doll omnipresent in the photographic work of Molinier.3. Joint: trousseau de la poupée contenu dans une mallette à fermeture-éclair, intérieur rouge: deux perruques en cheveux, une claire et une foncée; un collant noir; trois paires de bas; une tunique noire transparente, une culotte noire; un bandeau en tulle, etc.
Provenance: Françoise Molinier, collection privée
Bibliographie:
- Juan Vicente Aliaga et Giulia Colaizzi, Pierre Molinier, IVAM, cat. expo., 15 avril - 21 juin 1999, Valence, 1999, p. 58.
- Galerie Kamel Mennour - Jean-Luc Mercié, Pierre Molinier photographe. Une rétrospective, cat. expo., 13 avril - 13 juin 2000, Édition Mennour, p. 156.
- Jean-Luc Mercié, Pierre Molinier, monographie, Les presses du réel-Kamel Mennour, Paris, 2010, p. 75
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue